Des lycéens des Mureaux à l’assaut du Mont Blanc

 

montblanc

 

Jacques Vaucanson

Situé en zone d’éducation prioritaire, ce lycée doit faire face à l’un des taux d’échec les plus importants de l’hexagone. Le taux d’accès des élèves de seconde au Baccalauréat n’est en effet que de 34 %, et l’établissement est classé 51e sur 52 dans les Yvelines.

Face à ce constat inquiétant et après en avoir débattu avec leur professeur d’EPS, une vingtaine d’élèves en 1ère bac professionnel (en Systèmes Electroniques et Numériques), ont décidé de réagir en se lançant dans une aventure susceptible de les impliquer d’avantage. Et quoi de plus ambitieux et original que de gravir le Mont Blanc en juin prochain ?

Un projet multiple

En plus de lutter contre le décrochage scolaire, ce projet déjà soutenu par la ville des Mureaux, le ministère de l’Education nationale et le Fonds social européen, a aussi pour objectif de redonner confiance à des élèves en manque de confiance et de repères. « Réussir à repousser ses limites tant sur le plan physique que psychologique, pour aborder les épreuves futures avec plus d’ambition et de confiance en soi », est le but fixé par Maxime Chopy. Mais le projet ne s’arrête pas là. Les 20 lycéens, âgés de 16 à 18 ans, parraineront 7 jeunes en situation de handicap afin de « devenir un citoyen responsable lucide et solidaire ». Récolter des fonds pour l’association « Trott’ Eliott » fera ainsi partie des nombreux objectifs.

En quête de partenaires

Depuis le début de l’année scolaire, un programme spécifique a été mis en place par le professeur d’EPS. Deux heures par semaine sont consacrées à la préparation physique « afin de se trouver dans les meilleures dispositions le jour J ». « Nous poursuivons un objectif de connaissance sur l’entraînement, sur la Physiologie de l’effort ainsi que la nutrition », tient à préciser M. Chopy. Mais avant de voir ses élèves gravir « le toit de l’Europe », le professeur doit relever un autre défi de taille, celui de trouver des partenaires financiers. Il est fort à parier qu’une telle aventure peut convaincre de nombreux investisseurs, voire même qui sait, des réalisateurs !

Romain Bonte, Journaliste, France TV Sport. com

Publicités